Comment allez-vous aujourd’hui ?

Bonjour à toutes et à tous, c’est avec un plaisir non dissimulé que je viens vous donner de mes nouvelles.

Eh bien écoutez, je vais très bien.

Je vois passer beaucoup de messages, et j’entends beaucoup de discussions sur le Coronavirus. Non, je ne fais pas le malin parce que je ne l’ai pas chopé (pas encore ?). Pourtant, dans mon cas précis, si j’écoutais Macron à la lettre, je serais censé rester chez moi et ne pas bouger jusqu’à nouvel ordre.

C’est la guerre dans les administrations, ils le disent partout, même dans « C dans l’Air » ils invitent quotidiennement Alain Bauer pour parler de l’épidémie, lui le criminologue et l’expert en stratégie de défense militaire. Cela va bien sur deux trois jours, il doit en avoir marre lui aussi de rabâcher la même chose chaque jour.

Mes clients salariés sont inquiets, en même temps qu’excités à l’idée de vivre une situation aussi exceptionnelle, depuis un siècle donc ? (si j’en crois toujours Macron). Nous voilà enfin assouvis dans l’orgasme intellectuel de l’inconscient collectif, d’annoncer la fin du Monde. La réalité dépasse enfin la science fiction. Les médias sont ravis. En entreprise aujourd’hui, les gens se disent Adieu.

Macron invente le WDI : le Weekend à Durée Indéterminée

Dommage que personne n’ait pu avoir été prévenu suffisamment à l’avance pour faire un pot de départ, à la veille d’un départ justement en weekend à durée indéterminée. À défaut, j’aurai pu leur dispenser le dernier cours de l’année aujourd’hui.

Et la principale préoccupation à venir, reste bien de savoir comment on va pouvoir supporter les gosses à la maison en mode H24. Une maman s’inquiétait ce matin, devant l’entrée de l’école des enfants, de savoir ce qu’elle va devoir faire à manger pour quatre personnes, chaque jour, le midi ! Oui, la pandémie n’en est pas encore à son maximum, on vous l’a déjà dit, qu’elle fait déjà énormément de ravages. Pas de cantine, pas de garde, interdiction de voir les grands parents, pas de garde par les grands parents, l’horreur. Un pour tous et chacun pour soi.

Le taux de burnout dans les foyers promet d’exploser ces prochains jours, et les psychologues sont réquisitionnés pour accueillir les patients. C’est l’état de guerre, on vous dit.

Car la dernière fois qu’on avait confiné quinze millions de personnes en télétravail, c’était en 1920, à l’époque où Netflix n’en était qu’à ses balbutiements, et neuf ans avant la première crise financière. Il y a un siècle donc. C’est oublier que vingt ans plus tard, on était entrés dans la seconde guerre mondiale, qui sera officiellement renommée, si on continue comme ça, la « deuxième guerre mondiale ». Les jeunes, et la maîtresse de mon fils, ne peuvent pas la comprendre celle là. Ça fait froid dans le dos quand on y pense quand même, ce Corona virus.

Mes collègues entrepreneurs, à la tête de studios ou de salles, se demandent à quelle sauce ils vont être mangés. On se renseigne, « on vous tient au courant ». Et oui, qui est responsable si on attrape dans un cours le virus pendant un chien tête en bas ? Le prof, qui n’a pas fait nadi sodhana dans son coude ? Le responsable de la salle qui n’a pas désinfecté chaque recoin des tapis? Esprit Yoga qui n’a pas encore bouclé son prochain numéro sur le sujet, ou Patthabi Jois qui ne l’avait pas mentionné dans la première série ?

A ce sujet, j’ai, comme vous, relu la nuit dernière les yogas sutra de Patanjali. Je m’y suis collé après avoir fermé le poste de télévision après l’allocution de notre vénérable Président.

J’ai cherché le paragraphe sur le Corona virus. Un tel visionnaire ne pouvait pas ignorer, ni avoir anticipé, l’étendue d’une telle épidémie.

Et bien vous savez quoi ? Je ne l’ai pas trouvé. Quand même, alors que tout le monde se réfère à ce que ce blagueur de Patanj’ a dit (vous l’avez celle là ?), ou écrit, maintenant nous voilà perdus. Il aurait pu faire un effort quand même.

A ce propos, moi je peux vous le dire maintenant, je le sais. C’est ma prof d’ashtanga qui me l’a dit cette semaine juste après le mantra d’ouverture. Vous savez comment on éradique le virus ? Vous voulez que je vous le dise ?

Il suffit d’appliquer la respiration ujjay toute la journée. Si si c’est vrai hein ! J’ai toujours totale confiance en mes professeurs. Et le pire c’est que ça marche !

Par contre, ujjay avec un masque ne sert à rien. Ça les autorités publiques l’ont dit et redit.

Mes collègues, simples profs de yoga quant à eux, vont enfin pouvoir apprécier les bienfaits du statut Auto entrepreneur, quand il n’y a plus de marché (comprendre : plus de cours, comprendre, plus de taf).

Vous vouliez être indépendant et libre ? Et bien vous voilà comblés ! Vous êtes désormais très libres, et vous n’aurez jamais été autant indépendant vis à vis de votre portefeuille et de ce qu’il y a dedans.

Les plus chanceux, c’est à dire ceux qui pouvaient encore se payer de « vraies » vacances, ont appris que l’Inde, rendez-vous compte, l’Inde elle même, a même décidé de fermer leurs frontières aux français ! On le savait pour Israël, mais qui va pratiquer en Israël ? Mais en Inde…. C’est la catastrophe car les billets étaient réservés et les visas obtenus. Quid de la retraite à Goa ?

Et est ce qu’on pense aux chanceux déjà sur place, mais qui ne pourront pas rentrer ? Condamnés à faire des selfies sur la plage. Bon c’est aussi l’occasion de retravailler son sirsasana sur le sable, en pointant le coucher de soleil avec ses pieds en l’air.

C’est vrai qu’en Inde ils sont très suspicieux de nos virus, en nous priant de rester sagement chez nous, et c’est vrai aussi que là bas, il n’y a aucun virus.

Quiconque a eu le privilège de se baigner dans le Gange pour se purifier s’est forcément dit que la piscine municipale d’Issy les Moulineaux n’avait rien à envier avec la pureté du fleuve ! Ben oui ! Ben voyons !

Je crois que c’est la meilleure mesure qu’ils n’aient jamais prise, avec la journée mondiale du yoga, que de fermer les frontières. Chacun garde ses virus chez soi, et tant pis pour la pratique millénaire, et c’est très bien comme ça. Vous ferez vos voyages et vos stages sur Youtube. Et tant pis pour les shalas locaux avec leurs gurus bizarres, qui eux, découvriront les bienfaits, mais dans le sens opposé, de la mondialisation quand ça capote. Il n’y a pas que chez nous que la bourse dévisse.

Bien sûr que l’on sera indemnisé, qui en doute encore ? Les contrats de prévoyance sont relus ligne après ligne, les coups de fil vont bon train, à la recherche du paragraphe sur le Corona virus, planqué peut être entre les alinéas 9.8 et l’article 12 clause 7 ? L’essentiel, c’est de ne pas perdre de temps comme je le fais moi en ce moment. Autre solution encore plus maline : se mettre en congé maladie. C’est très bien vu ça. Non, les entrepreneurs ont été très bien préparés eux aussi.

On n’a jamais autant assisté à autant d’arrêts de travail de la part des libéraux qu’en ce moment. Le Corona virus est très virulent, il fait beaucoup de dégâts.

Comme ça on pourra lire cet article à tête reposée chez soi, sans se soucier des entrées d’argent, que la caisse de prévoyance va donc verser les yeux fermés. A ceux là, je dis merci (pour me lire).

Nulle doute que bien entendu ils ne nous voient pas venir avec de telles intentions. Pendant ce temps là, chacun continue de se muter en expert juridique pour trouver la faille dans les contrats de prévoyance, qui permettra de se faire indemniser des cours annulés.

C’est aussi ici qu’on voit, et c’est tellement connu, que les gens enseignent purement par passion. Et non pour le goût de l’argent.

Et malgré ça, je vais quand même toujours aussi bien.

Je constate, quand même, depuis quelques jours :

  • Une diminution du prix de l’essence : ce matin, le litre plafonnait à 1,32€. Pas de quoi enfiler un gilet jaune quand même.
  • Une diminution drastique de mes temps de transport, aucun bouchon cette semaine, malgré les cours bien remplis. Seuls les pratiquants de yoga, et les profs chanceux, semblent se déplacer. Ça devrait être mentionné dans les décrets officiels que d’autoriser les transports que pour ces cas là, ou pour se rendre à l’hôpital si le 15 vous le demande avec un masque.
  • Dans le métro cette semaine, il était bien plus vide que d’habitude. Mais les gens se regardent en chiens de faïence…
  • Les centres commerciaux commencent à se vider aussi, et ce n’est que le début parait-il. La semaine prochaine, la Défense sera complètement vidée de ses clients et salariés (ce sont les mêmes). L’information est sérieuse et officielle. Il n’y aura même plus à faire la queue au Starbucks à l’heure de pointe avant son cours de yin.
  • Certes j’ai la menace de cours suspendus moi aussi, j’ai reçu les mêmes emails que vous, et j’ai vu la tête déconfite de quelques élèves bien informés. Ceci dit, je me vois néanmoins proposer de nouveaux créneaux « bientôt » : un cours de « yoga boxe », ou « yoga combat » dans une association qui semble vivre hors sol, et un nouvel horaire à définir « ASAP » pour un client pourtant basé en France dans une ville où on reçoit BFM TV. C’est sérieux.
  • Les enfants n’iront donc plus à l’école lundi. Ils sont ravis, et ce sera peut être même l’occasion de partir en vacances d’été en avril. Bon ça va, on ne prend pas l’avion pour aller en Toscane. Hier soir, ils ont fait leur « after » jusqu’à 23 heures pour fêter ça.

Donc, je vais très bien, vous voyez, et je ne suis pas le seul.

A mon temps libre (qui va donc s’achever à la fin de ce paragraphe), je regarde quelques articles et quelques publications comme tout le monde en m’informant sur Facebook.

Les malins qui ont développé le coaching en ligne vont se frotter les mains, ils vont pouvoir continuer à travailler sans l’inquiétude d’une fermeture, profitant d’une clientèle à priori plus disponible pour des cours en ligne.

C’est peut être mal évaluer les disponibilités que l’on peut avoir quand on fait du télétravail avec des enfants à surveiller, à leur faire faire en même temps des devoirs, que l’on met donc aussi les enfants dans l’apprentissage du télétravail pendant que vous faîtes aussi du télétravail … Macron vous a prévenu hier que tout le monde en France devait se mettre à cette merveilleuse occupation qu’est le télétravail.

Je crois que je vais proposer une offre spécial « coronavirus chez vous », avec un cours dédié (mais sans kapalabathi) sur la pratique auto immune sous l’influence de la pleine lune qu’il n’y a pas, en lien avec la non violence que chacun se doit d’appliquer en refusant de se rendre à l’hôpital, et en respectant ce qu’a dit Macron hier soir. Elle sera suivie d’une relaxation guidée dans la posture du cadavre. Restons dans le tjeme. Ce sera 25% moins cher pour cette occasion historique. On est entrepreneur et donc malin, ou on ne l’est pas et on fouille ses contrats de prévoyance sus mentionnés après quand même avoir vérifié si on en dispose d’un.

Y a-t-il une pénurie de papier toilette en France ?

Macron ne l’a pas dit. J’ai pourtant scruté tous les sous-titres de son allocution, moi aussi, hier soir (enfin, j’ai essayé). Les plus malins là aussi se le font livrer, il parait que dans certains pays, leur prix flambe ! Qui eut cru que le papier toilette serait plus cher que le litre d’essence ? Franchement ?

Non, ce qu’il fallait retenir de l’allocution du Président de la République (avec des majuscules s’il vous plaît), c’est le bulletin météo qui précédait.

Vous avez vu ? Oui le printemps arrive enfin ! On l’a attendu tout l’hiver, grève après grève, et maintenant qu’il est là, on ne le voit plus. Il fera beau, déjà 16 degrés depuis hier, sauf dimanche avec une remontée humide par le Sud jusqu’au pays de la Loire mais des températures très agréables pour la saison, avec des minimales dans le nord et des maximales dans le sud.

Et donc cela explique les files d’attente dans les stations service, non pas pour faire des réserves comme la logique de panique le voudrait, mais pour partir en weekend… On vous le dit, l’essence a baissé !

Devra-t-on regarder Netflix pendant deux mois ?

Alors la réponse est non. Les plateformes sont aujourd’hui très nombreuses, et vous pouvez même profiter de cette occasion unique dans votre vie (si vous survivez), pour changer de TV.

Les centres commerciaux sont vides, on l’a dit, mais resteront ouverts. C’est le moment pour ce faire et pour profiter pleinement de ce WDI dont vous êtes les premiers dans l’histoire de l’humanité à profiter.

Ah mais pardon, oui c’est vrai… On n’a plus de sous, on ne va plus travailler, et les modestes réserves accumulées péniblement cet hiver, qui devaient servir à se rendre dans les retraites où on ne peut plus aller pour faire sirsasana sur la plage, vont de fait servir à combler les manques pour assumer son train de vie de yogi.

De fait, je le redis, tout va bien.

Et si vous profitiez de ces instants uniques pour simplement pratiquer en dehors de tout contexte économique, en tant qu’élève ou que prof, chez vous ou dans un parc par exemple ?

Ou faire du sport ? Oui car au Fitness Park, si vous optez pour cette solution, sachez qu’ils ne sont pas stressés par les virus. Eux ont déjà de toutes façons l’habitude de la vie en cohabitation avec ces micro organismes, peut être même que s’y rendre peut vous immuniser. A essayer donc pour mettre toutes les chances de son côté en attendant l’antidote, allez faire ujjay au fitness Park ! Aucun mot, pas d’affiche, aucune consigne, mais soyons honnêtes, ils ont toujours les lotions pour nettoyer les appareils, et on vous répète dans les écrans suspendus de venir avec votre serviette.

Non, je vais très bien, décidément.

A très bientôt, et portez vous bien.

Note : les noms ont été changés pour respecter l’anonymat des personnes citées.

#humour #jedisquandmemeonsaitjamais