Le Samadhi et son rôle dans la pratique : interview croisée

Pourquoi atteindre une posture spécifique ?

Qui n’a pas pensé un jour vouloir accéder à une posture spécifique, de façon parfois obsessionnelle ? Tel pourrait, aussi, être le titre de cet article.

Des postures telles que sirsasana, adho mukha vrikasana, hanumasana, titibasana, entre autres, vous évoquent peut être des longs moments d’attente qui vous ont même peut être guidé dans votre chemin que le yoga vous offre pour atteindre votre samadhi.

Quand ce samadhi passe par l’accès à une posture complète, aussi complexe soit-elle, et lorsqu’on sait que le challenge, qui encourage l’ego, et donc l’auto jugement (quand ce n’est pas le jugement d’autrui !) sont contraires aux valeurs véhiculées par les huit branches du yoga, pour justement accéder à ce samadhi, comment concilier tout cela ?

C’est une question complètement alambiquée que je pose aujourd’hui.

J’ai posé la question à Alain, Philippe, et Olga, professeurs et pratiquants de yoga depuis de très nombreuses années, sur leur perception du Samadhi. Je les remercie pour leurs sincères réponses, que vous retrouverez plus bas dans cet article.

Qu’est-ce que le samadhi ?

Le Samadhi est la huitième branche de l’Ashtanga, qui en compte … huit. Elle est définie dans les Yoga Sutras de Patanjali (ce n’est pas un DJ de Bollywood, je précise …) et constitue l’état d’union avec un Dieu intérieur propre à chacun, ou encore une réalisation finale ou ultime.

En clair, c’est l’aboutissement absolu qui constitue un état d’absorption intellectuel et physique. Bon d’accord, ce n’est pas si clair que ça.

Les définitions varient selon qu’on voit la chose depuis le Raja Yoga, le Hatha Yoga, l’Ashtanga mentionné ici, ou vu sous l’angle de Dhyana, la méditation, elle même pouvant être vue sous diverses formes …

Le yoga est multiple, vous le savez.

On s’éloigne du sujet ? Pas tant que cela …

L’accès à cette forme de paix intérieure passe par de multiples chemins, et chaque pratiquant doit trouver son propre chemin, et définir son propre Samadhi. Les profs, ou les maîtres, montrent comment trouver ce chemin, mais ils n’en donnent pas la direction. Ça, c’est quand ils sont bons.

On continue de s’éloigner du sujet ? Pas tant que cela … (vous ne me croyez toujours pas ?)

Cette recherche n’est pas nécessairement spirituelle, et chaque yogi(ni) possède son propre samadhi. Il existe donc une infinité de chemins possibles qui guident vers cette union (signification littérale du mot Yoga, je le rappelle … comme unir le corps et l’esprit), de même qu’il existe autant de samadhi que de yogi(ni).

En d’autres termes, personne ne recherche la même chose dans sa pratique.

Interview croisée de yogis assidus

Le sujet concerne la perception de son Samadhi dans leur pratique.

Mike Yoga Paris – Bonjour peux tu te présenter très succinctement ?

Alain – Alain Janvier. Je suis originaire de Calais (62) et j’habite à Neuilly-Plaisance (93). Je suis marié et j’ai 2 enfants. J’ai fait des études d’Ingénieur Géomètre et mon premier métier est responsable du développement dans une société d’informatique pour géomètres à Lognes (77). Je pratique le Yoga depuis 1990 et suis professeur de Yoga diplômé par la Fédération Française de Hatha Yoga depuis 2014. Deux rencontres ont été importantes dans mon parcours sur le chemin du Yoga, la première est celle de Marie mon professeur de toujours, et la deuxième celle avec Colette Poggi, Indianiste et Sanskritiste. Marie m’a amené proche de mes limites ‘yogiques’ au fil des ans, et Colette a véritablement bouleversé mon petit univers, j’ai suivi ses ateliers passionnants de Sanskrit et de pensées indiennes pendant 2 ans. J’ai ensuite fait un voyage en Inde en 2013 qui m’a permis d’approfondir mes connaissances entre autre sur l’Hindouisme et le Bouddhisme.

Je donne des cours de Hatha Yoga collectifs à Fontenay-sous-Bois (94) et à Noisy-le-Grand (93), et des cours particuliers via le site Superprof.

Alain1

Alain

Olga – Je m’appelle Olga, presque 30 ans. Mon premier métier est Contrôle de gestion, que j’exerce toujours. Après ce travail je suis prof de yoga 🙂

Olga

Olga

Philippe – Je suis

MYP – Quel type de yoga pratiques tu et depuis combien de temps ?

Pratique traditionnelle du Hatha Yoga

Pratique traditionnelle du Hatha Yoga

Alain – Je suis toujours resté fidèle au traditionnel Hatha Yoga mais dans une forme assez dynamique. Je le pratique avec le même professeur depuis 1990 ! Je vais aussi parfois à des cours d’autres types de Yoga pour comprendre leurs bénéfices différents. Mais pour moi le Hatha avec le contrôle de la respiration a la plus grande force de changement. La rétention du souffle invite la conscience.

Pratique traditionnelle du Bikram Yoga (en sueur devant un miroir sous plus de 40 degrés ...)

Pratique traditionnelle du Bikram Yoga (en sueur devant un miroir sous plus de 40 degrés …)

Olga – J’ai commencé le yoga avec Bikram. Très vite ce n’était plus assez et je me suis tourné vers la pratique plus classique. Aujourd’hui je pratique et j’enseigne surtout du vinyasa.

Vinyasa Yoga

Vinyasa Yoga

PhilippeHatha Kriya Yoga depuis plus de 35 ans, Vinyasa 3 ans.

MYP – Qu’évoque pour toi le samadhi ?

Alain – Le dernier des 8 membres du Yoga selon Patanjali (Yoga Sutra écrits il y a environ 2000 ans). Le but ultime diront certains. Un Graal qu’il ne faut pas chercher absolument, c’est la recherche du chemin qui y mène qui compte. Ou des chemins ? et de parcourir ces chemins au fil de la pratique.

Olga – Le samadhi m’évoque un certain état d’unité entre l’intérieur et l’extérieur, l’état où il n’y a aucune frontière entre le physique et le spirituel. Dans la vie quotidienne j’associe le samadhi avec les situations où le concours de circonstances est en notre faveur : on rate un train par bêtise, on est énervé contre nous-même mais finalement on apprend qu’il était bien mieux de partir plus tard pour telle ou telle raison. Cela arrive tellement souvent ! Ou alors quand on est en train de penser à un être cher et d’un coup à la radio on entend exactement la chanson qu’on associe avec cette personne. A chaque fois à l’intérieur moi je dis « Merci »….

PhilippeConcentration intense puis Absorbtion

MYP – Le samadhi passe-t-il par l’acquisition de postures (ou un ensemble de postures) ?

Utthita-parsvakonasana

Utthita-parsvakonasana

AlainSans doute. On est alors dans le 3ème membre du Yoga selon Patanjali: les Asanas. C’est important de faire Un, corps-esprit, et de progresser dans le contrôle du corps et du mental. Mais j’imagine que certains sages trouvent le Samadhi sans ces étapes, ce n’est sans doute pas obligatoire. Pratiquer les postures de Yoga restent une étape accessible à tous d’où son intérêt.

Olga – Si on parle de l’état d’unité où la notion du temps disparait oui, pour moi ça a été le cas ! et je me souviens très bien de la posture – Uttitha Parsvakonasana. Il faut dire qu’on nous l’a fait tenir un bon moment, haha. La sensation de lévitation et d’un certain abandon a été flagrante. Une fois j’ai découvert cela, le samadhi de la vie quotidienne est devenu plus accessible, plus reconnaissable on va dire.

Philippe – Dans le Yoga Un ensemble de techniques (les postures ne sont qu’une partie ) vont permettre de s’en rapprocher . Ce sont des aides mais elles ne sont ni toutes nécessaires ni suffisantes .

Dans la tradition Zen , la pratique seule de Zazen emmène au Samadhi.

Une seule posture (assise  immobile ) le souffle et la concentration .

Pour imager , les differentes techniques vont « nettoyer » la vision , il faut aussi regarder dans la bonne direction , jusque là on a une forme d’intention volontaire, puis après il faut une forme d’abandon pour être absorbé dans le Samadhi , là on est pris porté il n’y a plus d’intention, d’effort .

MYP – Si oui lesquelles et pourquoi ? 

Alain – Toutes les postures pratiquées avec la rétention du souffle, ce que l’on fait en Hatha. Poumons vides ou pleins selon la posture. Comme je disais plus haut le lent contrôle du souffle est la clef du développement d’un nouvel état de conscience. Je me souviens d’un professeur qui nous a dit une fois « Lorsque le souffle est suspendu dans les Asanas, les Dieux peuvent faire passer leurs connaissances au pratiquant ».

Olga – Les postures qui m’aident à retrouver cet état sont surtout les postures debout où on doit maintenir le poids du corps et s’aider avec la respiration. Pour moi c’est un effort éprouvant qui « force » corps  physique à chercher d’autres moyens pour résister. Je le vois comme cela.

Philippe – C’est les 7 branches de l’ashtanga (cf Patanjali) , la 8° étant le samadhi.

Car le Samadhi est plus accessible grâce à une grande purification de toutes les couches de notre être , une grande vivacité de notre conscience .

MYP – Si non par quoi ton samadhi se manifeste-t-il ?

Alain – Une séance de Yoga Nidra peux aussi supprimer des barrières mentales et faire découvrir des états de conscience insoupçonnés. Cela peut-être un puissant outil pour progresser en Yoga.

Olga(Du coup j’ai répondu au-dessus)

Philippe – Paix, Contentement , Joie , Ananda (Béatitude), Atman (Soi), Inspiration ,Energie , Amour

MYP – T’es-tu déjà posé la question ? 

Philippe – Quand c’est la pas de question , quand c’est pas là , je connais le chemin . En cas de difficultés les questions surgissent .

MYP – Penses tu avoir atteint cet état de conscience ? 

AlainNon, je ne l’ai jamais atteint, c’est très clair. Un jour peut-être, ou dans une autre vie ? Mais j’ai envie d’ajouter que j’ai découvert d’autres états de conscience ! et suis toujours en progression c’est inéluctable. En Yoga il n’y a rien à attraper mais tout à recevoir.

Olga – Cet état ne m’arrive pas très souvent pendant la pratique, il faut le chercher et le provoquer, parfois c’est juste pas le moment.

Mais j’adore les petites coïncidences de la vie et dire « merci » tout doucement 🙂

Philippe – Oui , nous avons tous ne serait ce que fugacement des expériences de grande qualité de notre attention , que l’on fasse du Yoga ou pas . Les pshychologues parlent du « Flow » c’est une forme de Samadhi dans l’action.

Le Yoga va  nous permettre de développer cette aptitude , de lui donner plus de fréquence de durée de profondeur .

MYP – De quelle façons cela se manifeste (impact sur la confiance, le bien être, la sécurité intérieure etc.)

Alain – J’aimerai entrer dans une communion avec l’Univers. Certaines séances de Yoga Nidra m’ont parfois menés dans cette direction.

Olga – Cela m’apporte énormément de sécurité intérieure ! Une impression d’être sous bienveillance de quelque chose de grand, une sensation d’être protégée et accompagnée.

Philippe – Oui bien sur tout çà est favorisé . Egalement Bonheur , qualité du vécu .etc etc Impact , diffusion sur tous les aspects de la vie.

Un très grand merci à Alain, Olga et Philippe pour votre participation et votre témoignage rare et passionnant sur ce sujet très personnel et primordial.

Un grand merci à vous aussi, derrière votre écran, pour votre lecture jusqu’ici.

Namaste !

N’oubliez pas …

de vous abonner à la Newsletter de ce site pour recevoir les derniers articles directement dans votre boite aux lettres.