Ces yogis qui s’exhibent sur les réseaux sociaux

A l’heure du digital, qu’on se le dise, les yogis n’échappent pas à la mode du selfie et de l’autoportrait à publier et republier encore, et si possible dans des positions très avantageuses. J’ai fait un sondage sur Pinterest sur la proportion d’images montrant les postures et les talents de ces yogis (et yoginis), en les classant en trois catégories de difficulté. Le résultat est sans appel.

Cela concerne qui ?

Parlons d’abord des yogis, les vrais qui pratiquent. Ceux là aiment bien montrer des extraits de leur pratique personnelle (surtout le matin), ou poster des vidéos plus ou moins sobres (accélérées ou non, cela dépend du matériel et des logiciels de chacun). Les images sont accompagnées de mantras ou de textes évoquant divers thèmes, correspondant à l’inspiration du pratiquant. La démarche est sincère et vise à donner de l’inspiration aux « followers », qui n’ont plus qu’une seule envie alors : éteindre leur écran et dérouler leur tapis (si cela n’a pas déjà été fait).

Nous avons ensuite les profs, qui commercialisent des ateliers. Nous passons là au niveau supérieur de la qualité photographique, avec un sens aiguisé de l’esthétique de l’image. Les mises en scène – si elles sont en accord avec le thème du cours – sont plus recherchées. Les photos sont faites aussi bien en extérieur qu’en studio. C’est pro et ça doit donner envie de les suivre. Le modèle du prof reste donc une valeur sûre pour vendre.

image

Nous avons également les pratiquants qui pratiquent autre chose, mais qu’on trouve dans l’appellation yoga. Les thèmes sont larges, et peuvent aller de la gym au fitness en passant par d’autres disciplines, y compris des yogas qu’on n’a pas l’habitude de voir chez nous. Les asiatiques sont très présents, avec des postures plus qu’improbables mais qui sont naturelles chez eux.

Ceci pour les plus actifs sur les réseaux.

Curieusement, les indiens sont en minorité, mais ce n’est pas rare d’en croiser. Les hommes sont les plus représentés chez eux.

Un petit tour sur Pinterest suffit

capture1

Une page de suggestions sur Pinterest, sujet = yoga.

Il ne faut pas aller bien loin pour être témoin de l’égo de beaucoup. Nous sommes à contre sens complet de la philosophie du yoga (comme je le rappelle dans le dossier spécial sur les idées préconçues de la pratique), mais même BKS Iyengar avait accepté l’idée que cela faisait partie de l’évolution des choses.

J’ai pris une page Pinterest, sur la base de recommandations d’un pratiquant. Les photos issues de cette recommandation montrent d’autres pratiquants dans leurs œuvres, et d’autres institutions (écoles, studios et autres).

J’ai classé les postures diffusées selon trois critères simples :

Niveau 1 : postures basiques accessibles à tous, celles que l’on fait dans n’importe quel cours de hatha ou de vinyasa niveau débutant (selon la terminologie des studios, pas la mienne).

Niveau 2 : postures intermédiaires qui requièrent pas mal d’heures de pratique : ce sont les flexions, backbends plus ou moins intenses.

Niveau 3 : postures très avancées. On est ici pour les plus sobres dans la seconde série d’ashtanga, et plus si possible. La contorsion est juste après.

Une simple consultation d’une telle page montre les résultats suivants :

  • Niveau 1 : 23%
  • Niveau 2 : 32%
  • Niveau 3 : 43%

Voilà, tout est dit. Les postures telles que Savasana, la posture assise simple, tadasana ne sont jamais représentées, ou très rarement. Et encore même dans ce niveau 1, j’ai intégré quelques padmasanas qui ne sont pas évidents du tout.

 

Pour en savoir plus …

Voici une vidéo qui va vous expliquer comment réussir de belles vidéos sur le net. Ils ont l’air très souriants !

Et pour finir ne repartez pas sans lire l’article de Yoga Alliance qui explique tout également. (en anglais mais je suis sûr que vous êtes bilingue !)

Namaste !